Pourquoi devenir mécène ?

Le mécénat concerne AUSSI LES TPE/PME ?

Oui, les PME de moins de 250 salariés sont les forces vives du mécénat !
Elles représentent neuf entreprises mécènes sur dix et la totalité des
sommes versées avoisine la moitié du budget total du mécénat.

Le mécénat, c’est différent du sponsoring ?

Oui, le mécénat est un don et non une charge
d’exploitation pour l’entreprise. Il est utilisé par le
donateur pour promouvoir la notoriété de son entreprise
alors que le sponsoring est utilisé par l’entreprise
pour promouvoir ses marques ou ses produits.

Le mécénat peut-il rapporter à mon entreprise ?

Oui, le mécénat permet de développer plusieurs dimensions
de l’entreprise :
Une communication externe : une image citoyenne en contribuant
à améliorer l’image de l’entreprise. Les projets mécénés bénéficient
généralement d’une bonne couverture médiatique.
Une communication interne en fédérant les collaborateurs
autour de projets citoyens.
Un ancrage territorial en créant et renforçant des liens avec
les acteurs locaux (collectivités, partenaires, riverains,…).

Le mécénat, est-ce facile ?

Oui, le Club Entreprises et Mécénat en
Bourgogne-Franche-Comté est là pour
vous accompagner.
Ce site internet a été créé pour vous aider
à trouver toutes les informations utiles.

Le mécénat est destiné uniquement aux
actions culturelles ?

Non, le mécénat culturel représente une action sur quatre.
Les entreprises mécènes interviennent aussi sur des projets
à caractère solidaire, environnemental, social, sportif et dans
les domaines de l’éducation, de la santé et de la recherche.

Le mécénat, c’est forcément en numéraire ?

Non, votre entreprise peut devenir mécène en mettant
à disposition les compétences de votre personnel
pour une durée limitée (mécénat de compétences), ou
en apportant des moyens matériels et/ou techniques
(mécénat en nature).

Le mécénat coûte cher à l’entreprise ?

Non, votre entreprise bénéficie d’une réduction d’impôt égale à 60%* des versements effectués (dans la limite de 0.5%* CA HT) et de contreparties raisonnables et disproportionnées.
Exemple : pour un don de 1 000 €
- réduction d’impôt de 600 € - contrepartie maximum de 250 € = coût net pour l’entreprise de 150 €.

* suivant législation en vigueur